La RQTH, l’aide précieuse qui a changé ma vie professionnelle

Article

Moins de fatigue et d’appréhension, plus d’efficience et de capacité à se concentrer, davantage de souplesse dans l’aménagement des horaires : les bénéfices de la RQTH sont multiples pour les patients atteints d’une sclérose en plaques. Comment et pourquoi bénéficier de ce statut ? Le point de vue de Marine, bénéficiaire de la RQTH depuis ses 17 ans.


 

A 17 ans [1], Marine remplissait sa première demande de reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH), auprès de la MDPH [2]. « Cela m’a permis d’assurer mon premier job d’été », affirme la patiente de 28 ans. « Grâce à la RQTH, je pouvais aller à l’hôpital pour mes traitements de fond sans que cela compte sur des jours ouvrables [3]. » Avantage pour le respect de la vie privée et contre les discriminations : la maladie n’est pas nommée sur le formulaire de la RQTH. « Je n’avais pas envie de dire ce que j’avais, l’employeur ne m’a jamais demandé. »

 

Des symptômes beaucoup plus gérables

 

A l’inverse aujourd’hui, Marine, employée dans une start-up strasbourgeoise spécialisée dans la e-santé et les maladies chroniques, s’est confiée à son patron. « Il n’était pas sensibilisé à la question du handicap. Mais j’ai eu envie de lui dire que je souffrais d’une SEP. » L’occasion de lever le voile sur l’impact de cette pathologie neurologique dans la vie de tous les jours. « Avec la RQTH, je peux bénéficier du télétravail, d’un ordinateur financé par l’Association de Gestion du Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées (AGEFIPH). Je vais au bureau de temps en temps. Mais au quotidien, je n’ai plus de route à faire. Cela me coûte moins en énergie », décrit Marine. « J’ai aussi plus de facilité à me concentrer. C’est vrai que dans l’open space, à cause des troubles cognitifs, le moindre bruit peut me perturber. Je me sens bien plus efficace ! »

 

« Tu m’as ouvert les yeux »

 

La pièce maîtresse pour articuler ce parcours ? Le bureau de la conseillère Cap Emploi ! « Elle nous dirige vers les aides à l’embauche [4], les solutions en cas de déplacements professionnels. Elle contacte l’employeur pour répondre aux questions, gère les conflits si besoin. » Pour ses prochaines embauches [5], le patron de Marine compte se tourner vers la population handicapée. « Il m’a dit que je lui avais ouvert les yeux. Qu’il l’aurait fait avant s’il avait su que c’était si simple ».

 

Forte de son vécu, Marine donne de son temps pour améliorer la vie d’autres malades. « A 22 ans, j’étais patiente-experte au sein de la Ligue contre la SEP et du réseau strasbourgeois. J’intervenais dans le comité de pilotage et dans les programmes d’éducation thérapeutique. Aujourd’hui, je sensibilise les patients et les soignants sur les bénéfices de la RQTH. L’information manque encore beaucoup à ce sujet. »

 

Aller plus loin :

Emploi et handicap : la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH), www.travail-emploi.gouv.fr

« La reconnaissance de qualité de travailleur handicapé (RQTH) – Qu’est-ce que c’est ? Pourquoi et comment en faire la demande ? Comment l’utiliser en pratique ? », Le Dr Emmanuelle Le Page interroge Ève Lise Brémont, assistante sociale au CHU de Rennes – Lumière pour la SEP

« Le temps partiel thérapeutique », le Pr Thibault Moreau interroge à ce sujet Elodie Thiébault, assistante sociale de la CliboSEP à Dijon – Lumière pour la SEP

Sources :

  • Interview de Marine Andres, le jeudi 15 avril 2021
  • https://travail-emploi.gouv.fr/ministere/service-public-de-l-emploi/article/cap-emploi
  • https://mdphenligne.cnsa.fr/
  • https://www.agefiph.fr/

[1] Il est possible de souscrire à la RQTH avant la majorité, notamment pour faciliter l’intégration socioprofessionnelle des étudiants et jeunes actifs

[2] Les dossiers adressés à la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) sont à remplir avec le médecin généraliste ou le neurologue. Le délai de traitement est d’environ 6 mois. Chaque statut doit être renouvelé tous les 4 à 5 ans

[3] En cas d’absence du fait des traitements, le paiement du salaire n’est pas à la charge de l’employeur

[4] En lien avec l’Association de Gestion du Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées (AGEFIPH)

[5] L’emploi d’une personne sous RQTH donne accès à une prime maximale de 4 000 euros pour l’employeur dans une association ou une entreprise

 

M-FR-00004272 – Etabli en avril 2021