Photo de Loic Blaise

Lumière sur la SEP : “Que sont-ils devenus ?” – L’histoire de Loïc Blaise

Article

Retrouvez l'histoire de Loïc Blaise, patient du réseau alSacEP, que nous avons rencontré lors du 4ème épisode de Lumière sur la SEP.


Il y a un an, les équipes de Lumière sur la SEP ont eu la chance de rencontrer un aventurier hors du commun : Loïc Blaise. Nous l’avions croisé alors qu’il se lançait dans un projet humanitaire et écologique aussi noble que périlleux : réaliser le premier tour global du monde arctique à bord d’un prototype d’hydravion ultra léger et éco-responsable, le Polar Kid.

 

Un voyage de 45 jours, 23 000 kilomètres, traversant 3 continents, 3 océans et 7 mers, Loïc a bouclé une véritable odyssée en compagnie de son coéquipier le cosmonaute russe, Valeri Ivanovitch Tokarev. Le but était de mettre en lumière une partie du globe dont la beauté sauvage est finalement assez peu connue et de pointer du doigt les dangers qui la guettent, en raison, notamment, du réchauffement climatique. C’est en ces terres que le lyonnais et son équipe composée, pour partie, de pilotes relais, ont fait la connaissance d’habitants généreux, courageux et solidaires, qui se battent au quotidien pour la survie des leurs. Une source d’inspiration sans bornes pour l’aviateur qui affirme « ce sont eux qui m’ont remis sur pieds ». Suite au succès de son expédition, nous avons souhaité retrouver Loïc, et vous vous en doutez, nous avons découvert que de nouveaux projets animent déjà le regard profond de cet homme sensible et passionné.

 

En 2012, le diagnostic était tombé comme un coup de massue. La sclérose en plaques était bien la responsable de 10 années de souffrances inexpliquées, et en prime, cette maladie lui retirait sur le champ, à seulement 34 ans, son droit de piloter, son droit d’exercer ce pourquoi il vivait. S’en suivit une longue période de doutes, aussi douloureuse mentalement que physiquement, qui le dirigea vers le constat suivant : “aucun combat n’est perdu, tant que l’on continue de se battre”. Il a alors décidé de se remettre en selle afin de prouver à toutes les personnes atteintes de cette pathologie, que c’est l’espoir qui permet à la vie de triompher.

 

Aujourd’hui, Loïc est fier d’avoir reçu le titre de l’aventurier de l’année 2018 grâce à son combat pour la planète et ses habitants. Au téléphone, il est calme, concentré, mais il se confie sans détours sur le contrecoup qui se fait ressentir à la suite de ses missions. Il nous confie également, que certains jours, l’envie de se refermer sur soi-même est forte. Mais Loïc a la chance de pouvoir compter sur les siens, et sur le soutien de Mia, sa chienne et fidèle amie, qui prend à cœur de le chahuter ces jours-là, jusqu’à ce qu’il reprenne du poil de la bête.

 

Alors oui, la fatigue et les douleurs sont présentes, parfois la maladie se met en travers de son chemin, mais pas question d’abandonner ses projets qui sont sa raison d’être. Aujourd’hui, il travaille sur le développement de technologies qui permettraient de rendre l’aviation plus verte, il table notamment sur la conception d’un hydravion d’exploration zéro émission propulsé à l’hydrogène. Mais ce n’est pas tout. En marge de sa collaboration avec un foyer pour enfants au Groenland, il prépare une nouvelle mission. Dès qu’il le pourra, Loïc repartira sur la banquise avec une équipe d’Inuits, et des chiens de traineaux pour un voyage de 800 km sur la dernière banquise de la Baie de Melville, en direction de « Camp Century », une base nucléaire secrète abandonnée sous la glace. Ils déploieront une balise de détresse sur le site de cette Atlantide qui menace de contaminer tout le Groenland. Cette fois-ci, Loïc produira un documentaire qui racontera sa traversée afin de capturer la beauté de ce paysage avant qu’il ne disparaisse, et faire prendre conscience à l’Homme qu’il n’est jamais trop tard pour agir.

 

Lien vers l’émission de Loïc Blaise :

https://www.facebook.com/LumieresurlaSEP/videos/1872932896343028/

 

D-19/0042 – Etabli en Février 2019