La maladie

Article


Testez vos connaissances

Savez-vous quel est le nombre de personnes atteintes de SEP en France ?

Des mécanismes complexes à l’origine de la SEP

La sclérose en plaques, communément appelée SEP, est une maladie inflammatoire chronique du système nerveux central (SNC).

Dans la SEP, le système immunitaire s’attaque par erreur à ses propres cellules du système nerveux central. C’est pourquoi, on parle de maladie auto-immune.
Certaines cellules immunitaires, les lymphocytes B et T, vont infiltrer le cerveau et sécréter des substances provoquant une inflammation et une dégradation progressive de la gaine de myéline qui entoure et protège les neurones.

 

Pour en savoir plus sur le rôle du système immunitaire et en particulier celui des lymphocytes B au cours de la SEP : Sclérose en plaques : le rôle des lymphocytes B | Roche

L’inflammation qui résulte de ces différents phénomènes va conduire à la formation de lésions à l’aspect scléreux et en plaques (épais et dur) d’où le nom de sclérose en plaques. Ces lésions vont diminuer la capacité des neurones à envoyer des signaux électriques (l’influx nerveux) aux autres parties du corps, ce qui va entraîner différents symptômes.

À savoir :
Une étude réalisée conjointement par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et l’Assurance Maladie, avait pour objectif d’évaluer l’éventuelle relation entre la vaccination contre certains papillomavirus humains (HPV) et le risque de survenue de 14 maladies auto-immunes. Elle portait sur une cohorte de 2,2 millions de jeunes filles âgées de 13 à 16 ans.

 

Les résultats 2015 montrent que la vaccination contre les HPV avec les vaccins existants n’entraîne pas d’augmentation du risque global de survenue de maladies auto-immunes (dont la SEP). Ceci confirme les données de la littérature française et internationale.

 

Les données scientifiques, nombreuses et robustes, constantes au cours du temps (de 1994 à 2012), confirment l’absence de mise en évidence de lien entre la vaccination contre l’hépatite B et la survenue d’une SEP.

Des symptômes imprévisibles
Selon la localisation et l’importance des plaques, la transmission de l’influx nerveux se fait plus ou moins rapidement et des symptômes très variables d’une personne à l’autre peuvent apparaître : troubles moteurs, troubles sensitifs, troubles de l’équilibre, troubles visuels, troubles de l’attention, de la mémoire…

 

Des causes qui restent à élucider
Les causes de la SEP ne sont pas encore parfaitement connues à ce jour, mais il existe sans doute plusieurs facteurs à l’origine de son déclenchement : prédisposition génétique associée à des facteurs environnementaux (exposition solaire, tabagisme, obésité…) ou infectieux (toujours à l’étude).

 

Pour mieux comprendre les mécanismes de la SEP

À retenir :

  • La SEP est une maladie auto-immune d’origine multiple touchant le système nerveux central.
  • Elle entraîne une destruction de la gaine de myéline des neurones situés au niveau du cerveau, des nerfs optiques et de la moelle épinière.
  • Elle touche en majorité les adultes jeunes.
  • Elle provoque des symptômes variables selon les patients.