Aidants : au cœur de la relation mère-fille

Quand la sclérose en plaques débar­que dans le quo­ti­di­en, le rôle de l’aidant devient sou­vent cen­tral pour accom­pa­g­n­er au mieux l’évolution de cette mal­adie auto-immune. Quid du lien mère-fille quand l’aide logis­tique et le sou­tien moral devi­en­nent indispensables ? 

Aman­dine a été diag­nos­tiquée de sa sclérose en plaques à l’âge de 16 ans. Pas tou­jours facile d’ajuster le curseur entre le niveau d’énergie, les douleurs, la fatigue chronique et la prise des médica­ments à un âge où lib­erté et sor­ties sont cen­sées pren­dre une grande place au sein de son quo­ti­di­en. Mais soutenue par ses par­ents à la mai­son jusqu’à sa majorité, elle tra­verse les phas­es de fragilité avec aplomb et caractère.

Pour Odile, sa maman, la SEP n’était pas une nou­velle recrue quand Aman­dine a appris sa mal­adie : sa fille aînée a elle aus­si été diag­nos­tiquée de cette même mal­adie quelques années aupar­a­vant. Dès les pre­mières poussées d’Amandine, Odile a trou­vé toute la ressource néces­saire pour soutenir sa fille à la mai­son, psy­chologique­ment et physique­ment. Elle a mis un point d’hon­neur à l’ac­com­pa­g­n­er, tant sur le plan de sa réé­d­u­ca­tion à la marche qu’au moment de ses sautes d’humeur.

Aujourd’hui âgée de 29 ans, Aman­dine vit dans son apparte­ment, avec une maman jamais très loin (en cas de besoin) !

Décou­vrez le témoignage d’A­man­dine et de sa maman Odile ci-après, échanges menés à l’occasion de la Journée inter­na­tionale des per­son­nes hand­i­capées organ­isée ce ven­dre­di 3 décembre.

Inter­view d’Amandine et Odile, le jeu­di 21 octo­bre 2021

M‑FR-00005724 — 1.0 — Etabli en décem­bre 2021

Et vous,
qu'en pensez vous ?

0 commentaire
Ajouter un commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire sur cet article

Ajouter un commentaire