Le One Woman Show “Spectacle de malAAde” d’Anne-Alexandrine

Interview

Anne-Alexandrine, 32 ans

Anne-Alexandrine, 32 ans, est atteinte d’une sclérose en plaques depuis 12 ans, mais également d’une maladie génétique orpheline depuis l’enfance, une dystonie myoclonique, qui lui cause des complications dans l’écriture, la parole et la marche. Ancienne avocate, son travail est vite devenu incompatible avec son état de santé. C’est alors qu’elle décide de devenir humoriste et écrit son one woman show “Spectacle de malAAde” pour rire de ses maladies. En effet, “on peut rire de la sclérose en plaques !” car “il y a toujours un message derrière le rire” affirme-t-elle.

LE RIRE, UNE ARME POUR COMBATTRE LA SEP

Suite à des com­pli­ca­tions répéti­tives, le déclic se pro­duit, Anne-Alexan­drine, alias Double‑A, veut mon­ter sur scène pour faire rire un pub­lic avec un sujet tout aus­si déli­cat que la sclérose en plaques. Soutenue par ses proches et soignants, en 2015, elle se met à écrire des sketchs sur le sujet “SEP, sport et dépasse­ment de soi” et par­ticipe au con­cours d’humoristes le “Tal­ent de Ménil­montant” organ­isé par Ben­jamin Danet, le pro­duc­teur de l’événement et futur mari. Elle finit troisième du classe­ment par­mi les 75 can­di­dats présents.

Anne-Alexan­drine lors de la représen­ta­tion de son One Woman Show « Spec­ta­cle de malAAde »

Par la suite, elle s’investit pour présen­ter durant deux années con­séc­u­tives, le plateau d’humoristes “SEP + Drôle”, et récolter des fonds au prof­it de la Ligue française con­tre la SEP.

UN CHALLENGE RELEVE HAUT LA MAIN

La forte recon­nais­sance du pub­lic ren­force alors son envie d’écrire un spec­ta­cle com­plet qu’elle nomme “Spec­ta­cle de malAAde”. En nuisette d’hôpital, Double‑A par­court la scène accom­pa­g­née d’une per­fu­sion sur trépied et abor­de avec un humour noir ce qui rythme le quo­ti­di­en des patients SEP : “la mal­adie, l’hôpital, les soignants, le quo­ti­di­en, avec tout ce qu’on ne dit pas facile­ment” : “les symp­tômes invis­i­bles, les trou­bles neu­rologiques, sex­uels, la fatigue inval­i­dante, le dépasse­ment de soi”. Son seul objec­tif “ren­dre vis­i­ble la sclérose en plaques aux yeux du grand pub­lic pour l’expliquer et cass­er les idées reçues” confie-t-elle.

Anne-Alexan­drine lors de la représen­ta­tion de son One Woman Show « Spec­ta­cle de malAAde »

Depuis les pre­mières représen­ta­tions de son spec­ta­cle en Octo­bre 2016, elle se pro­duit sur scène une fois par mois. Vous pou­vez con­sul­ter ses prochaines représen­ta­tions sur le site Lumière sur la SEP, dans la rubrique “SEP – Actu / Evéne­ments” ou sur sa page Face­book Dou­ble A.

UNE BELLE REVANCHE

En repen­sant au chemin qu’elle a par­cou­ru, Double‑A, se livre à nous : “Avec la SEP, j’ai décou­vert que j’étais capa­ble d’autres choses et, notam­ment, d’écrire et de faire rire. Le pre­mier rire lors d’une représen­ta­tion est mag­ique et jamais je n’aurais imag­iné ressen­tir autant de bon­heur à être sur scène !! Qu’est-ce-que je risque ? Qu’est-ce-que je perds ? La réponse est rien, alors je fonce”.

D‑19/0001 – Etabli en Jan­vi­er 2019

Et vous,
qu'en pensez vous ?

0 commentaire
Ajouter un commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire sur cet article

Ajouter un commentaire