SEP dans le couple : pouvoir tout se dire

Quand la mal­adie chronique s’invite dans le cou­ple, la com­mu­ni­ca­tion devient un point indis­pens­able pour échang­er sur les symp­tômes du patient, mais aus­si sur les ressen­tis et les besoins de cha­cun. Pour Arnaud et sa femme, pos­er des mots sans tabou a été très instinc­tif, dès le départ.

Quand Arnaud a ren­con­tré sa femme Sandy, son diag­nos­tic de la sclérose en plaques était déjà posé et le chemin de l’acceptation de la mal­adie bien emprun­té. Alors, quand ses sen­ti­ments se sont dévelop­pés pour Sandy, plusieurs moments d’échanges totale­ment trans­par­ents sur cette mal­adie ont per­mis au cou­ple de con­stru­ire des bases solides. Et de n’avoir aucun tabou sur les phas­es de vul­néra­bil­ité, les ressen­tis et les petits points logis­tiques à ajuster dans la vie de tous les jours.

Au fil des années, la com­plic­ité, la com­mu­ni­ca­tion et la con­fi­ance leur ont per­mis d’avancer mal­gré les hand­i­caps liés aux symp­tômes chroniques et évo­lu­tifs. Au point de tra­vailler ensem­ble depuis des années sur la direc­tion et la ges­tion de l’association Notre Sclérose. Ren­con­tre à l’occasion de la Journée inter­na­tionale des per­son­nes hand­i­capées organ­isée ce ven­dre­di 3 décembre.

Inter­view d’Arnaud Gaute­lier, directeur et fon­da­teur de l’association Notre Sclérose et de sa femme, Sandy Thomaré, prési­dente de l’association Notre Sclérose, le lun­di 22 novem­bre 2021

M‑FR-00005725 — 1.0 — Etabli en décem­bre 2021

Et vous,
qu'en pensez vous ?

0 commentaire
Ajouter un commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire sur cet article

Ajouter un commentaire