Tandem et triathlon : le plein de bonnes énergies au-delà de la SEP !

Mi-mai, Julien et Armand ont relié en tan­dem les deux Mont-Saint-Michel de France (1 000 km au comp­teur !). Sec­ond chal­lenge, l’ultra-triathlon XXL mêlant nage, course et kayak. Un défi relevé par les deux amis pour le pur plaisir. Mais aus­si pour tran­scen­der les lim­ites du hand­i­cap que peut génér­er la SEP.


1 000 km entre le Mont-Saint-Michel Savo­yard et celui de La Manche, voilà le pre­mier périple effec­tué par Julien Ségrétain[1] et Armand Thoinet[2], avec un départ à bord de leur tan­dem le 13 mai 2021 et une arrivée 10 jours plus tard. Ce par­cours n’est pas le fruit du hasard. Nous avons choisi « le Mont-Saint-Michel Savo­yard que très peu de per­son­nes con­nais­sent » pour refléter un chiffre édi­fi­ant : « 80 % des per­son­nes en sit­u­a­tion de hand­i­cap ont un hand­i­cap invis­i­ble ! », rap­pelle Armand, atteint d’une sclérose en plaques depuis 2012.

Par­fait miroir donc entre le sail­lant, le vis­i­ble et l’inconnu, l’invisible. Ces par­tic­u­lar­ités intérieures que l’on ne voit pas : elles nous dépassent ou on se donne les moyens de les sur­pass­er. « Moi j’ai décidé de ne pas regarder ce que je n’avais pas ou plus à cause de la SEP, mais de faire avec ce que j’ai ! Ce n’est pas la fin d’un chapitre, mais le début d’un autre, et c’est à moi de le con­stru­ire », sourit Armand.

Dépasser ses propres limites, le leitmotiv du quotidien

Le sport est inscrit dans l’ADN du jeune homme et de son ami Julien depuis quelques années. « En 2015, nous avons com­mencé à réalis­er des défis cha­cun de notre côté[3], avec une vision très sol­idaire, très humaine dès le départ », racon­tent les deux compères.

Quand Armand et Julien sont par­tis en tan­dem en mai, la virée à deux a généré beau­coup d’énergies dif­férentes, d’entraide pour sol­liciter les ressources physiques et psy­chologiques quand l’un ou l’autre peinait un peu. « La SEP d’Armand n’avait pas sa place dans cette aven­ture », décrit Julien. « Hand­i­cap ou non, nous étions énergiques, forts, épuisés, heureux tous les deux à tour de rôle » La seule lim­ite ? « Le cou­vre-feu qui nous impo­sait de ne pas rejoin­dre notre point de chute trop tard ! »

Et la SEP d’Armand n’a pas été un sujet non plus lors du triathlon han­d­is­port XXL, le 29 mai, quand il s’agissait de pagay­er, pédaler, courir, nag­er pour reli­er le Mont-Saint-Michel (Manche) à Dinan (Côtes d’Armor) sur 226 km[4]. « Je me suis même mis en posi­tion de hand­i­cap en util­isant un fau­teuil d’athlétisme pour le marathon. Et Armand était en vélo à bras. Quand je nageais, Armand est venu m’aider plusieurs fois à bord de son kayak quand je com­mençais à fatiguer », racon­te Julien. « Et un autre ami para­plégique, en bike adap­té, s’est mis à mes côtés pour le sou­tien men­tal ». L’idée était de s’imprégner des forces et des faib­less­es de cha­cun, au-delà de la SEP donc. « L’un sans l’autre on n’y serait pas arrivé », souri­ent Julien et Armand. Une belle leçon de vie qui nour­rit chez tout un cha­cun l’envie de se chal­lenger, en soli­taire, en duo ou à plusieurs !

Pour aller plus loin :

Sources : inter­view de Julien Ségré­tain et Armand Thoinet, le 2 juil­let 2021


[1] Fon­da­teur de l’a­gence d’aven­turi­ers sportifs sol­idaires Koa

[2] Fon­da­teur de l’association « Les défis d’Armand »

[3] Armand Thoinet pra­tique le kayak, le vélo adap­té, la marche – Julien Ségré­tain pra­tique le pad­dle­board et le VTT notam­ment lors de cours­es organ­isées autour de la cause du handicap

[4] triathlon réu­nis­sant 50 sportifs en sit­u­a­tion de hand­i­cap ou non

M‑FR-00004810 — Etabli en Juil­let 2021

Et vous,
qu'en pensez vous ?

2 commentaires
Ajouter un commentaire

Martine

30/07/2021

Magnifique courage à vous deux, respect 😀😀😁

Répondre

Mamijo

31/07/2021

Merveilleux quel espoir !!

Répondre
Ajouter un commentaire